Death and Universe Lessons

sky lights space dark

Photo by Pixabay on Pexels.com

One thing I have learned from dying is that death is not real but feels like birth into a new realm of understanding.  We go on, and we keep learning and exploring.  We continue to understand our connection to God and how deeply we are loved.

One thing I have learned from communications with my father and others in the afterlife is not to focus too much attention on our little world when it is minuscule in comparison to the universe.  Focus on being kind and loving, but don’t overestimate your importance or influence in the vast expanse of the universe. We all, even the smartest and most spiritually advanced, know very little.

In other words, you might think you know what is best for yourself or for another person but that doesn’t mean that you are right.  It is best to leave things to God and to continue to find wonder and awe in the experience of being alive and connected to infinite bliss, love, and creativity. The more you remember to connect with infinite love, the happier you will be on the roads and paths of your life.

If you are interested in online workshops with near-death experiencers, check out this link. 

“True spirituality is a thing of joy and of the earth, and has nothing to do with fake adult dignity. It has nothing to do with long words and sorrowful faces. It has to do with the dance of consciousness that is within you, and with the sense of spiritual adventure that is within your hearts.” —Jane Roberts, Seth Speaks: The Eternal Validity of the Soul

Simple Grace Cover Story

Tricia Barker simplegrace

I am happy that my near-death experience story will be featured as the cover story for Simple Grace in August and later as the cover story for First for Women. Near-death experience stories remind so many people of home and the peace that can be found in the presence of God.

There were many important messages from my near-death experience, but I have been thinking about innocence and forgiveness lately.  This type of forgiveness comes so easily near death and at death.

One of the clear messages that I heard on the other side was to be like a little child.  As a child, I was enormously forgiving and enormously connected to the love of the divine. Most of us are like that as children.  However, as time goes on, wounds can build up inside, and sometimes we become more sensitive to criticism and the perceptions of others.

One person might see us at a low point—maybe in a breakup and filled with great fear or grief.  Another person might see us in a heroic moment, running into a burning house to rescue a cat perhaps (think Meryl Streep in the movie Defending Your Life).  Another person may love us deeply and observe the pilgrim soul in us, seeing that all the changing dimensions of us as part of our overall journey.  The dearest people in our lives know us as multifaceted journeyers.

It is healing to see ourselves not through the eyes of others, but to see ourselves as God sees us—people worthy of great love, respect, and safety. God knows our hearts and sees our innocence.

Being like a little child means knowing that we are loved and lovable. Being like a child also means quickly jumping into playing, having fun, and not letting other’s perceptions bring us down.  Other people are only touching a piece of eternity, and they don’t know the whole of eternity or the purpose of our soul.   They don’t know our mission, or heroism, and our bravery.

Rest instead in the love and the flow of God which tells you that nothing is too wonderful, too amazing, or too beautiful for you.  Know that it is safe to be innocent, to be loved, and to be free of the pain of clinging to a past that is now over.

biernat

Interview with Dr. Jeffrey Long, Author of “God and the Afterlife: The Groundbreaking New Evidence for God and Near-Death Experience”

I am  excited to share my recent YouTube conversation with the New York Times best-selling author Dr. Jeffrey Long.  I responded to his book on this blog when I first started blogging, so it was great to go a bit deeper with some of my questions with the author.  I hope you enjoy our talk as much as I enjoyed it!

The Reality of the Afterlife and The Importance of Spreading Love

 

I hope you are joining us (in only twelve days on June 16, 2018) to hear eleven near-death experience speakers talking about unconditional love, God, healing, and profound shifts you can make in your life at The First Annual Near-Death Experience Online Summit. 

Most of all, this day and movement is about bringing more heaven to earth in a myriad of ways. All healing starts with centering love for yourself and all that you have survived. Join the conversation…. The basic ticket costs only $10 so that everyone can join. Here is the link for more information about the online event.

NDE-Summit-Logo

First Annual Near-Death Experience Summit

Hello Beautiful Light Filled Souls!

I’m so excited to announce the First Annual Online NDE Summit!

Yes, it’s really happening! It will be an all-day event where I will be hosting 11 noteworthy NDE authors, speakers and healers, including myself.

And, I’ll personally guide you through the all-day online NDE summit where you will have the opportunity to interact with your favorite NDE speakers.

I’m inviting you ALL to this inspiring and transformative event so that you can learn, grow, and gain insight into the wisdom of the after-life. We’ve made the price-point is very reasonable, and we’re also offering a premium package that includes some extra perks.

To learn more about this exciting event or to purchase your virtual ticket for the first annual Near-Dear Experience Online Summit, please visit this link.

Event Date: June 16th, 2018

Event Day: Saturday

Event Time: All-Day (Starts from 7:45 a.m. to 7:30 p.m. CST)

Speakers:  Tricia Barker, Jeff Olsen, Jeff O’Driscoll, MD, Peter Panagore, MDiv, Cherie Aimee, Daniel and Sylvie Giroux, Pegi Robinson, Rex Finfgeld, Yvonne Sneeden, Brother Ed Salisbury, and Janet Tarantino.

Here is the schedule for the event on June 16th Central Standard Time (CST)

Tricia Barker Opening Remarks 7:45-8:00 a.m.

Cherie Aimee 8- 9 a.m.

Brother Ed Salisbury 9-10 a.m.

Pegi Robinson —10-11 a.m.

Daniel Giroux 11-12 p.m.

Peter Panagore 12-1 p.m.

Jeff Olsen 1-2 p.m.

Jeff O’Driscoll 2-3 p.m.

Yvonne Sneeden 3:00- 4:00 p.m.

Silvia Isachsen 4:00-4:15 p.m.

Tricia Barker 4:15-5 p.m.

Janet Tarantino 5-6 p.m.

Rex Finfgeld 6-7:30 p.m.

Superpowers Interview

In this episode of Superpowers, Karl Fink interviewed me about my NDE and the major life transformations that can occur because of spiritually transformative experiences and NDEs.  I was pleased to get the chance to talk more about mediumship and how close connections with one’s ancestor’s can help guide us and protect us in real, tangible ways.

Karl is a wonderful interviewer, and it was a joy to be on his show.  Check out Steaming for the Soul for tons of inspiring speakers and events.

 

 

Great News!

cropped-trythisone.jpg

I have taken a giant step closer towards a major life goal of finding the best publisher for my memoir, so I am going to take a break from blogging for a while.  Please keep up with me on my YouTube channel.  I will continue to post interviews and videos.

You can also keep up with my updates on my Facebook page.

May you be blessed and filled with the divine light of peace, bliss, and happiness.

 

Mon Expérience de Mort Imminente (French Translation of My Near-Death Experience)

river
*** Ceci est un extrait de mon livre complet. Ce passage couvre les premiers moments que j’ai vécus hors de forme, et certaines de mes réalisations lors de mon expérience de mort imminente.

Personne, sauf peut-être l’athée le plus militant, n’aurait pu être plus surpris que moi au début de mon expérience de mort imminente. Les premiers moments en dehors de mon corps m’ont semblé excitants et électrisants, et mon esprit s’est mis à danser une petite gigue en réalisant que l’existence va bien au-delà du physique. Je me sentais à nouveau enfant, heureuse de voir ce qui allait suivre et heureuse que mon corps spirituel préserve l’essence de qui je suis, même si de toute évidence j’étais un peu préoccupée par ce corps physique sur la table d’opération.

Une musique soft-rock jouait à la radio, et mon dos avait une longue incision sanglante. La chirurgie est apparue plus brutale et sanglante que je ne l’avais imaginée, surtout de cette position avantageuse. Ma vision à l’extérieur de mon corps était à 360 degrés, je percevais donc la salle d’opération différemment que si j’avais été physiquement debout à côté de moi. Je pouvais voir au-dessus des médecins et de toute la salle d’opération tout à la fois sans ciller ni même faire usage de mes yeux. Là, dans cet espace avec les médecins, les infirmières, les techniciens chirurgicaux et d’autres, j’ai ressenti une joie doublée d’un choc incroyable en réalisant que tout ne meurt pas avec le corps.

Après m’être réjouie un moment, j’ai remarqué deux des êtres les plus intelligents que j’aie jamais rencontrés. Ils étaient très grands, environ deux mètres cinquante, androgynes avec les cheveux à hauteur d’épaule, et composés davantage de lumière que de forme solide. Je me réfère à eux comme à des anges seulement parce que je n’ai aucune autre terminologie qui sied à ce que j’ai vu. Ces anges appartenaient à une réalité plus élevée et nullement à un rêve ou à une hallucination.

J’ai fait l’expérience de milliers de rêves, mais c’était plus réel que n’importe quel moment de ma vie. Dans les rêves, le rêveur peut être pris dans un scénario qui semble réel, mais pendant l’intervalle où j’ai existé hors de mon corps, j’ai eu l’impression de voir le tableau dans son entier, ou du moins une vaste connexion intelligente qui m’avait échappé dans ma forme précédente. A la fac, j’ai pris du LSD à deux reprises et les hallucinations étaient mineures, plus vagues; rien de tel que cette expérience vivace. Je savais parfaitement que ce point de vue était plus réel que n’importe quelle réalité que j’avais connue dans ma vie physique.

Les gens veulent toujours en savoir plus sur ce à quoi ressemblaient les anges. Ils demandent: “Avaient-ils des ailes?” “Portaient-ils des vêtements?” “Comment saviez-vous que c’était des anges?”

Je ne sais pas si ces deux êtres étaient des anges, au sens biblique traditionnel. Je sais seulement que je les ai reconnus immédiatement comme des âmes incroyablement intelligentes dont la présence m’a donné une paix indescriptible. Ma propre conscience de cette nouvelle dimension semblait beaucoup plus limitée que la leur. La plupart de ce que je ressentais hors de mon corps dans la salle d’opération venait par impressions immédiates, comme un enfant jauge si un adulte est digne de confiance ou pas. Les anges étaient dignes de confiance et étaient là pour m’aider et me réconforter, aussi n’ai je pas remis en question leur autorité.

Ils m’envoyèrent des ondes d’intense lumière qui transféraient de nombreux messages à la fois. Une lumière émanait des yeux des anges vers mon corps spirituel, me permettant d’accéder à l’information plus vite que la transmission à haut débit la plus élevée possible. Les messages étaient donnés sous forme de pensées et de sentiments achevés, pas par des mots distincts. Le savoir qu’ils envoyèrent en ma forme non seulement me calma, mais a changé la façon dont je voyais la totalité de ma vie.

Les anges, ou messagers, n’étaient pas seulement capables d’interagir avec mon corps spirituel; ils ont également pu interagir avec les médecins et, plus important encore, à travers eux. Les médecins, très probablement, n’ont pas réalisé cette interaction. J’ai compris que ma conscience, mon sens du monde et ma capacité à expérimenter la joie grandissaient exponentiellement, moment après moment. Juste avant que le moniteur ne commence à émettre des signaux indiquant que mon cœur s’était arrêté, les anges ralentirent leur communication, me fixèrent intensément et dirent avec force: “Regarde ça!”

La même lumière qu’ils ont transmise dans mon corps spirituel, ils l’ont ensuite envoyée à travers le dos des médecins, à travers leurs mains, et dans mon corps physique. Ma forme corporelle a été instantanément modifiée et guérie d’une manière que les médecins n’auraient peut-être pas pu accomplir par eux-mêmes. En observant cette lumière, je savais que je retrouverais ma capacité de marcher, que les fragments d’os seraient prélevés dans ma colonne vertébrale, et que je me sentirais en bonne santé, vivante, et même pouvant à nouveau courir dans le futur. Les anges se sont retournés vers moi, laissant cette connaissance m’imprégner.

Pendant que les anges travaillaient sur mon corps, j’ai réalisé que les chirurgiens étaient des conduits de leur énergie et que l’énergie des anges participait fortement à ma guérison. Peut-être qu’un égo de chirurgien ne serait pas capable d’entendre cela, ou bien peut-être serait-il à même de reconnaître que l’esprit a fonctionné à travers lui. Je savais seulement que j’avais besoin de me souvenir de ce moment distinctement. Les anges voulaient que je comprenne qu’ils pourraient travailler à travers moi à l’avenir.

Tandis que les anges et les chirurgiens continuaient leurs efforts, mon corps physique brillait de lumière et d’énergie. Comme il était techniquement mort, je n’ai plus ressenti le moindre désir d’observer ma forme humaine et j’ai filé à travers les murs de l’hôpital, faisant juste une pause en aperçevant mon beau-père James. Ma mère l’a épousé pendant mes études et je n’avais pas vraiment eu l’occasion de le connaître. Je savais qu’il la rendait heureuse, donc j’étais contente qu’elle l’ait trouvé.

Je pensais qu’il était aussi féru de santé qu’elle, aussi fus-je surprise quand je l’ai vu s’arrêter au distributeur pour acheter une barre chocolatée. Il en a sorti un Snickers, ce dont j’ai toujours raffolé. Au lycée, j’ai parfois sauté des repas juste pour avaler un Snickers. J’ai pensé à la façon dont certaines nourritures me manqueraient probablement dans cette nouvelle réalité. Je ne savais pas pourquoi je passais du temps à le regarder, mais plus tard je reconnaîtrais que c’était un détail vérifiable de ma sortie de corps.

Même si j’ai réalisé que je laissais beaucoup de gens derrière moi, je me sentais libre, heureuse et plus paisible que je ne m’étais jamais sentie dans mon corps. La mort n’était pas effrayante, mais plutôt comme un voyage d’un pays à l’autre – une réalité libératrice, amusante, nouvelle, pleine de potentialité. Mon corps spirituel fila rapidement à travers l’hôpital et sortit dans le ciel nocturne au-dessus d’Austin. Je pensais à la prière hésitante que j’avais offerte en étant transportée dans l’ambulance. Je pensais à la façon dont j’étais libre et volais maintenant, d’une façon proche de l’oiseau que j’avais vu avant que la porte de l’ambulance ne se referma.

Dans cet espace de liberté, j’ai vécu un rapide examen de ma vie, comme si je feuilletais un livre que j’avais lu auparavant, ne voyant que les beaux moments forts. La lumière ne voulait pas que je revive la douleur que les autres m’avaient causée ou que j’avais provoquée moi-même. Toute la peine infligée à soi-même, le dégoût de soi, l’insécurité et la confusion ont été pardonnés par la force la plus aimante que j’ai jamais rencontrée. La peur et l’inquiétude sont devenues invisibles, comme un nuage qui s’évapore à la lumière du jour suivant. Ces concepts furent simplement effacés.

Après cette brève analyse, j’ai ressenti une compréhension et une union croissantes avec tous ceux que j’avais connus. Je n’avais pas été quelqu’un de particulièrement méchant à l’âge de vingt-deux ans. J’étais plutôt timide, incertaine, et passais beaucoup de temps à lire et à me perdre dans mes pensées et mes rêveries, m’ouvrant et me connectant aux autres seulement après plusieurs verres. J’avais déçu quelques personnes, mais je n’avais pas blessé très profondément qui que ce soit.

J’ai pu voir dans l’esprit de quelques-unes des personnes avec qui j’ai été serveuse à ‘Tres Amigos’ plus tôt cette année. Elles se demandaient pourquoi je ne parlais pas ouvertement avec elles. J’avais pensé qu’elles n’étaient pas particulièrement “cool” parce qu’elles étaient soit mères célibataires, soit plus âgées et mariées , au lieu d’être étudiantes comme moi. Nos seules interactions se passaient autour de la machine à margarita, alors que nous remplissions des gobelets en polystyrène de 16 onces déguisés en eau gazeuse, et riaient de la façon dont la nuit devenait plus supportable, et les pourboires ruisselaient plus généreusement, plus nous et nos clients buvions.

J’ai réalisé que j’évitais les gens qui n’étaient pas comme moi, et que j’avais manqué d’apercevoir un monde de connexion. Plusieurs fois leurs bons cœurs étaient inquiets pour moi, se demandant si je pouvais être déprimée ou triste pour des raisons qu’ils ne pouvaient pas tout à fait comprendre. Leur gentillesse était une forme d’amour. J’ai vu que j’étais, à tout le moins, passée à côté d’une ambiance de travail plus agréable à cause de mon esprit de chapelle et de mon orgueil. Plusieurs fois, les plus belles personnes imaginables peuvent travailler ou vivre juste à côté de nous et nous ignorons leurs luttes, leurs espoirs, leur lumière, du fait de nos insécurités ou de notre arrogance.

Après avoir éprouvé cette connexion avec quelques-uns de mes collègues et quelques autres, la lumière m’a ramenée à l’enfance. J’étais une enfant gentille (comme la plupart le sont) et profondément en accord avec la nature, même capable d’amadouer des lapins sauvages près de moi pendant que je jouais dans les buissons devant ma maison. La lumière m’a montré que tout le monde a besoin de passer plus de temps dans la nature pour guérir et devenir plus entiers, plus aimants et joyeux. J’ai vu que la plupart des gens se déconnectent de leurs âmes et se concentrent sur la survie au lieu de se faire plaisir et jouer. La nature peut aider les gens à renouer avec leur sens de la joie et de l’émerveillement.

Si je devais résumer la leçon principale de cette partie de l’expérience de mort imminente, je dirais que Dieu, ou la lumière, est une force d’amour qui ne veut pas que les gens se fassent du mal et désire vraiment que nous éprouvions de la joie et du bonheur dans nos vies. L’amour et la gentillesse sont les plus grands cadeaux que nous pouvons nous donner les uns aux autres. Tous nous faisons partie de cette lumière, mais nous oublions souvent comment aimer à cause de la peur.

Nous oublions comment marcher à travers ce monde telle la lumière. Nous sommes tous plus proches de Dieu en tant qu’enfants car dans notre innocence l’amour vient plus naturellement pour nous. Nous sommes joyeux dans nos interactions avec les animaux de compagnie, en regardant un oiseau dans le ciel, ou en regardant dans les yeux de nos parents. Nous sommes amoureux du monde et le monde est amoureux de nous. La plupart d’entre nous respiraient plus facilement étant enfants; nous vivions avec une conscience plus ouverte et plus étendue, et ressentions donc les choses plus intensément.

Après avoir éprouvé un plus grand sentiment d’unité et de compréhension avec les gens, j’ai ensuite passé quelques moments en enfance avec mon grand-père, Clyde. Il était la seule personne proche de moi qui était morte avant mon EMI. Pauvre campagnard, il m’avait pourtant toujours gâtée au mieux de ses moyens. J’ai sauté à l’arrière de son camion Chevy bleu et il nous conduisait lentement vers la lumière de Dieu. Mes pieds traînaient le sol à travers le trèfle brillant et l’herbe, remplis de lumière et plus verts et plus intenses que toute herbe que j’avais jamais rencontrée sur terre.

Grand-père était plus jeune et en meilleure santé que quand je le connaissais, et il pencha la tête par la fenêtre pour demander si je voulais continuer. J’ai hoché la tête. Le camion a décollé du sol et je me suis dirigée vers la lumière. À un moment donné, je n’étais plus dans le camion et mon grand-père n’était plus avec moi. J’étais très proche d’un amour que je ne peux pas décrire avec des mots. J’ai essayé d’écrire sur cette expérience tant de fois, mais je reste interdite et ne peux trouver le langage.

L’amour me manque. La lumière me manque. Une grande partie de moi n’a jamais voulu quitter la sécurité de cet endroit. Là, je n’ai ressenti aucun stress et plus d’amour que je n’aurais jamais imaginé possible. Je ressentais plus de joie et de contentement que même dans les moments les plus brillants que cette vie procura jamais, et je n’avais pas vraiment envie de retourner dans mon corps. Si une âme pouvait sourire, alors mon âme sourit et je m’endormis confortablement sans m’inquiéter. Je ressentais une absolue confiance dans cette expérience, un complet abandon.

En pénétrant plus profondément dans la lumière, j’ai vraiment ressenti les prières de ma mère, de mon père, de mes grands-mères et de quelques-unes de mes tantes. J’ai particulièrement éprouvé la prière d’une grand-tante qui a perdu une fille dans un accident de voiture. Je l’ai très clairement entendue prier et supplier Dieu que ma mère ne souffre pas de la douleur qu’elle eut quand elle a perdu sa fille. Cela m’a touchée, et j’ai presque souhaité revenir à cause de sa douce prière. J’ai trouvé amusant de ne ressentir aucune prière de la plus pieuse et religieuse de mes tantes, Tante Jackie. Je pense que ce que je ressentais davantage que les prières, c’était leur amour. Je savais qui m’aimait et ne voulait pas que je quitte la terre. Je savais aussi qui ne se souciait pas si je mourais, mais je ne portais pas de jugement sur cette information. Je comprenais l’expérience dans son intégralité, sa plénitude.

L’une des leçons les plus importantes que me transmit la lumière est que l’amour est tout ce qui compte. Bien que cela ressemble à un slogan hippie ou à une paraphrase des Beatles, le message m’a saturé à un niveau plus profond. Aucune interaction ne fait sens si l’amour n’y est pas attaché d’une certaine manière. Une prière n’a pas de sens sans amour. Un sermon n’a pas de sens sans amour. Une religion n’a pas de sens sans amour. La vie n’a pas de sens sans amour.

Les prières de ceux qui m’aimaient se sentaient comme un vent léger, ralentissant mon avancée vers la lumière. Bien que leur amour fût doux et me ramenât à ma vie sur terre, leurs supplications ne calmèrent pas mon désir de continuer à aller plus profond dans la lumière. J’ai toujours été une âme aventureuse, et ceci était la plus grande aventure que j’avais jamais vécue.

Comme je voyageais plus profondément au sein de la force la plus authentiquement bienveillante qu’on puisse imaginer, la lumière m’a dit de regarder en bas et a révélé une rivière. À côté de la rivière se trouvaient des milliers d’autres lumières qui étaient en quelque sorte liées à moi. J’ai regardé mon propre corps spirituel et j’ai vu à quel point il était devenu vaste et rayonnant. Je savais que j’étais devenue quelqu’un de différent de la jeune femme craintive, éreintée qui était entrée aux urgences plus tôt dans la journée.

La lumière a alors suggéré que je devais retourner dans mon corps et travailler en tant que professeure. En fait, la lumière ne suggérait pas simplement que je deviendrais enseignante, mais plutôt qu’il n’y avait aucune autre option pour moi. Je voulais discuter. Assurément, cette lumière, cette force qui m’aimait tant, devait savoir combien j’ai détesté grandir pauvre et voulais une carrière plus lucrative que la profession enseignante. Sûrement la lumière divine savait que j’étais timide et terrifiée de parler en public. Sûrement la lumière a compris que j’étais une féministe qui voulait éviter toutes les carrières traditionnelles pour les femmes. Même si je n’avais pas prévu de faire des études de droit immédiatement après l’obtention de mon diplôme universitaire, je m’étais imaginée dans les litiges en matière de fiscalité ou de faillite, n’importe quel type de loi qui ne m’obligerait pas à parler fréquemment devant les tribunaux.

J’avais tellement de questions sur les raisons pour lesquelles la lumière avait besoin que je retourne dans mon corps pour enseigner. Cependant, ce message serait mon tout dernier moment en présence de Dieu, et je n’ai pas eu droit à une seconde de plus auprès de cet amour plus grand que toute compréhension. L’idée de ma vie en tant qu’enseignante était maintenant gravée profondément dans mon cerveau; c’était une image étrangement joyeuse, bien que je ne comprenais pas pourquoi à l’époque. La vérité est que j’aurais préféré rester de l’autre côté, mais je n’avais pas le choix. La décision de revenir fut prise pour moi.

Revenir dans mon corps physique était comme être aspirée par un vent sombre. Je me sentais plus vivante étant morte. La plupart de la magie, de la lumière et de la beauté ont disparu, et mon corps s’est senti lourd, drogué et douloureux. Je ne voulais pas être coincée dans l’expérience limitée de ma forme corporelle avec mon vécu, mes histoires, mes pouvoirs de raisonnement, mes blessures psychologiques et infantiles.

En dehors de mon corps, j’étais à la fois moi-même et plus que moi-même, connectée à un incroyable flot d’information. Ce temps durant, j’en savais beaucoup plus que je ne le pourrais jamais en vivant dans cette seule perspective limitée. L’expérience d’un univers plus expansif et connecté a rendu mon expérience individuelle ennuyeuse et inadéquate. J’avais été à l’intérieur de tant d’autres esprits, et maintenant je n’avais que mon seul esprit pour appréhender la vie.

Copyright © Tricia Barker 2016

L’utilisation non autorisée et / ou la duplication de ce matériel sans l’autorisation expresse et écrite de l’auteur et / ou du propriétaire de ce blog est strictement interdite. Tous les droits sont réservés.

Interview with Ed Salisbury

I enjoyed hearing some of the wisdom from Ed Salisbury’s three near-death experiences.  Ed Salisbury D. Div., F.D. is a hospice minister, yoga coach, and funeral director. Having experienced multiple NDEs, he’s been drawn to work closely with the dying. Ed has served on served on local and international association boards of directors for grief recovery, Near Death Experiencers (IANDS), funeral consumer, and hospice care organizations.

There was much to Ed’s story that we did not have time to cover.  I might have to do a follow-up video with Ed.  However, I hope that you enjoy the beauty that he shared in this conversation.